Suivre son inspiration, au lieu d’obéir à une obligation, c’est comme surfer une vague !

 

Ayant récemment vu qu’Olivier Roland, du blog Des Livres Pour Changer de Vie organisait un évènement interblogueurs pour recenser des astuces pour gagner du temps, j’ai eu envie de partager mon point de vue avec vous, en participant à cet évènement.

 

A mon avis, cette astuce va être négligée par beaucoup de lecteurs parce qu’elle va leur paraître beaucoup trop simple et sans doute décalée. Beaucoup de gens considèrent en effet, qu’un conseil, un système, une technique doit être complexe ou compliquée pour mériter de l’intérêt. Malheureusement, si on vérifiait auprès de ces mêmes personnes pour savoir si elles ont réussi efficacement à mettre en pratique ces outils, on serait peut-être déçu du résultat… mais ce n’est qu’un avis personnel.

 

C’est par hasard que j’ai découvert cette astuce – je devrais peut-être dire façon de faire – qui se rattache directement à l’écriture d’articles pour mon blog et qui consiste à être purement et simplement réceptif et à l’écoute de l’inspiration, libérée de tous schémas, jugements ou sentiments de devoirs plutôt que de s’astreindre à un exercice dont l’enthousiasme risque fortement d’être absent.

 

J’ai lu ici et là qu’il était recommandé de se contraindre à l’écriture quotidienne ou tout du moins très régulière pour alimenter un blog. Autant je conçois l’intérêt en termes de classement dans les moteurs de recherche puisque la quantité d’article va augmenter l’intérêt que ces moteurs vont porter à votre site, autant ça ne me parle pas du tout en termes d’inspiration qui me semble, elle, difficile à mettre « en boîte ». Je ne tiens pas non plus à « pisser de la copie » comme on dit vulgairement dans le milieu de la presse.

 

N’ayant pas non plus le désir de devenir un romancier ou un écrivain, je me sens libre par rapport à l’exercice d’écriture quotidienne qui est sans doute à l’écrivain ce que sont les gammes pour le pianiste. Je ne dis pas que je ne changerai pas un jour d’avis si l’écriture prend un jour plus d’importance dans ma vie mais à l’heure qu’il est, c’est ce que je ressens comme juste mais surtout qui fonctionne pour moi.

 

J’ai bien essayé de me pousser à l’écriture à coups de « il faut… » mais ce sont sans doute mes réflexes de collégien rebelle qui n’aimait pas trop les « devoirs » et qui me freinaient. Certains se reconnaîtront peut-être là aussi…

 

Je peux aisément mesurer la différence entre les deux modes :

  • en mode obligation; il me faut facilement plusieurs jours pour écrire un article, et c’est un véritable et laborieux effort.
  • en mode inspiration, c’est-à-dire lorsque je ressens une forte envie, l’enthousiasme, l’intérêt, la motivation, l’énergie, une certaine sensation de fluidité et la joie – après tout, appelons un chat un chat – alors je peux écrire en 1 ou 2 heures sans ressentir l’effort. Ok, ce n’est pas très rapide et je sais que parmi les blogueurs, il y a des gens capables d’écrire en moins d’une demi-heure… mais à mon humble niveau, c’est plus qu’acceptable (vous pouvez aisément transposer par rapport à vos propres besoins, ce n’est pas seulement valable pour l’écriture d’un blog…).
Crédit photo : homydesign / Shutterstock.com

Crédit photo : homydesign / Shutterstock.com

Si l’on veut utiliser une métaphore pour illustrer cette idée, c’est la métaphore du surf avec le surfeur qui guette la vague, il est en position avec sa planche et une fois que la vague arrive, il se positionne et navigue (le vocabulaire du milieu du surf me manque, excusez-moi) pour aller le plus loin possible en bénéficiant de l’énergie de la vague. Cette attitude me paraît de loin préférable à celle du surfeur qui n’ayant pas de vagues – ou ne les voyant pas – va « ramer » avec ses deux bras et mettre infiniment plus de temps pour atteindre le même rivage.

 

Pour finir, je recommanderai toujours de tester plusieurs façons de faire et de voir quelle est celle qui vous convient le mieux, c’est-à-dire celle qui se traduit pour vous par le plus d’énergie, de facilité, rapidité et légèreté et qui vous procure le plus de joie ! (c’est, à mon sens, à ces signes que vous reconnaitrez que vous avez trouvé « la vague »)

Si la façon de faire que je vous soumets ne vous parle pas… ce n’est pas moi qui m’en formaliserai. L’important, c’est ce qui marche pour vous ! Vos commentaires sont naturellement les bienvenus…

Si cet article vous a plus, vous pouvez voter pour lui partagez-le sur les réseaux sociaux ou envoyez-le à vos contacts…
Merci