Un chat miraculé

Les animaux et La ReconnexionJe ne résiste pas à l’envie de parler de notre chat Tigrey, 11 ans bien sonnés mais en bonne forme jusqu’à ce qu’il fasse, au mois de Février, un double AVC (accident vasculaire cérébral) à tel point qu’à un moment nous avons même pensé qu’il était perdu et que nous serions obligés de le faire piquer. Un soir, rapidement, il s’est mis à perdre l’équilibre, il ne se tenait plus debout, pour en arriver au point où les seuls muscles qui répondaient étaient ceux de la tête.

Naturellement, nous sommes allés immédiatement chez le véto pour le faire soigner – c’est le véto qui s’est rendu compte qu’il avait fait un double AVC, mais comme nous sommes tous les deux praticiens de La Reconnexion, nous avons décidé de lui faire des double-séances régulières (de 15-20 mn en moyenne) de soins reconnectifs. Au bout d’une semaine, son état est presque retourné à la normale même s’il n’a pas récupéré (à ce jour) sa vue à 100% et qu’il tourne parfois encore un peu en rond à l’heure de sa gamelle. Nous restons cependant toujours optimiste pour voir son état s’améliorer encore.

Néanmoins, quelqu’un qui le voit aujourd’hui ne pourrait pas s’imaginer par quoi
il est passé. Nous, si !!!

Je suis intimement convaincu que le traitement vétérinaire combiné avec cette technique énergétique ont permis d’obtenir ce résultat.
Il faut savoir que les animaux répondent très bien à cette « technique » de la Reconnexion et qu’ils manifestent eux-mêmes quand ils en ont assez.

C’est quand même bien agréable de savoir que nous pouvons (aussi) aider nos petits amis !

Charlotte & Louis

PS : nous sommes à votre écoute si vous souhaitez que nous aidions votre animal familier (voir le formulaire de contact pour nous joindre par mail ou bien par téléphone en nous laissant votre numéro)

PS2 : quelques mois plus tard, personne (en dehors de ceux qui sont au courant) ne pouvait savoir ce qu’il a traversé car il n’en a quasiment aucune trace apparente.
Au final, il aura vécu 9 mois de plus grâce aux soins que nous lui avons prodigué, Charlotte et moi. Neuf mois en années « chat », ce n’est pas si mal