Voici comment j’ai développé une technique simple et complètement contre-intuitive pour éviter la panique et se retrouver dans le flux.

 

Il y a quelques années de cela, en remarquant que dans les moments de paniques ou d’énervement particulier, j’ai eu une sorte de « révélation » qui m’a littéralement permis de transformer complètement ce genre de situation.

Je devais être en retard à un rendez-vous, l’esprit encombré par la liste de choses à faire et je sentais l’énervement s’accentuer au fur et à mesure que l’heure de mon rendez-vous se rapprochait et je quittais mon appartement dans un état de nerfs assez peu propice au rendez-vous professionnel qui m’attendait et j’avais le sentiment d’être pris au piège de cet état de stress.

Tout d’un coup, je me suis souvenu d’un article que j’avais lu et qui parlait des vertus de trouver des solutions parfaitement contre-intuitives.

Je me suis dit que j’allais l’expérimenter immédiatement dans l’instant; j’avais, tout d’abord, eu naturellement tendance à chercher à accélérer le mouvement, ce qui m’avait déjà valu d’avoir oublié plusieurs choses dans mon appartement dont j’avais besoin pour le rendez-vous (du genre agenda, …) et de faire tomber mes clefs, je me suis souvenu des crises de rage que ma mère pouvait avoir dans les circonstances où elle éprouvait un sentiment d’impuissance et je me suis dit que ça n’était sûrement pas la solution – rajouter du stress au stress.

Je connais bien des techniques de développement personnel rapides (puisque c’est mon métier) pour ces circonstances mais, là, je parle d’une minute ou deux à peine et à cette époque-là, je n’étais pas encore familier avec les outils que je connais maintenant ( tels que l’ Optimal EFT – une technique d’une redoutable efficacité pour la gestion du stress et des émotions ) dont je parlerai sans doute prochainement.

Commentsecalmer-SpiraledubienetrePointFr

Vous laissez-vous piéger par le stress ?

 

Mais revenons à notre histoire…
Alors, il me vient à l’esprit, pour casser ce cycle infernal, de faire donc exactement l’inverse de ce que je ferais naturellement, c’est à dire de ralentir au lieu d’accélérer. Mais ralentir un peu ne me semblait pas suffisant, alors je me suis mis à faire des gestes véritablement au ralenti, un peu comme ces gens qui imitent l’effort du coureur en mimant son action à un rythme pas simplement lent mais exagérément lent.

J’ai donc ramassé mes clés (tombées au sol) tout doucement, avec extrême lenteur, en forçant le trait (un peu comme dans cette vidéo – pour vous donner une idée de la lenteur mais je vous rassure, je ne crache pas le feu !).

et j’ai tout de suite senti qu’il se passait quelque chose, un peu comme s’il s’opérait un changement immédiat au niveau de la chimie du cerveau et tout d’un coup j’ai pu reprendre un rythme tout à fait normal, n’étant plus sous l’emprise du stress et me demandant même comment j’avais pu en arriver là…

J’étais littéralement stupéfait de voir à quel point il avait été simple d’opérer ce changement en aussi peu de temps…

Peut-être que vous me direz que vous ne voyez pas comment vous approprier un tel outil mais je vous invite à chercher des circonstances où vous avez tendance à entrer en mode panique qui fait que le stress s’ajoute au stress et que les gestes maladroits, les oublis, s’enchaînent pour vous faire perdre encore plus de temps et vous donner encore un peu plus de travail que vous n’en n’auriez besoin, surtout dans ces moments-là…

Partagez-ci dessous comment vous avez pu l’appliquer dans votre vie, ça inspirera également d’autres personnes…

Cet article fait partie de l’édition de Juillet 2015 de « A la Croisée des blogs » sur le thème « Ralentir pour réussir » organisé par Alexandre Philippe du blog Céclair  en partenariat avec le site développementpersonnel.org